Installer et commencer à utiliser Bedrock

Cet article entre dans la suite de mon article précédent sur Bedrock dans le but de vous convaincre encore plus d’utiliser cet outil incroyable, si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez pas à le consulter avant celui-ci.

Pour installer Bedrock rien de mieux que de suivre la documentation, cet article reprendra donc pas à pas celle-ci avec quelques explications.

Installer la base

Pour installer la base de Bedrock et donc la base de notre WordPress, cela ce résume en une seule commande :

$ composer create-project roots/bedrock

Cette commande va installer toute l’arborescence de Bedrock ansi que tout les packages composer requis, y compris WordPress.

Configurer Bedrock

Ensuite, il faudra renseigner quelques détails dans le fichier .env de notre projet. Ce fichier est déjà créé, il suffit de l’ouvrir et d’y découvrir les quelques lignes se trouvant à l’intérieur :

Les informations de la base de données :

  • DB_NAME : Son nom
  • DB_USER : Son utilisateur
  • DB_PASSWORD : Le mot de passe de l’utilisateur
  • DB_HOST : Si la base de données est sur un serveur distant, sinon par défaut c’est le fameux 127.0.0.1

Ensuite, les informations propres à WordPress :

  • WP_ENV : Permet de choisir entre development, staging ou production. Il correspond aux différents environnements possibles, comme décrit dans le premier article.
  • WP_HOME : L’URL de votre site web, si vous développez en local, vous pouvez simplement renseigner localhost (http://localhost:8000, par exemple)
  • WP_SITEURL : L’URL vers les fichiers propres à WordPress, puisque Bedrock sépare bien les fichiers systèmes du reste, cette variable est nécessaire. Vous pouvez définir ${WP_HOME}/wp par exemple.

Et enfin, les variables de salts utiliser pour hacher les mots de passes (+ sécurité). Vous pouvez les générer ici : https://roots.io/salts.html et copier-coller l’intégralité des variables en dessous de « Env Format ».

Commencer à utiliser Bedrock

Et voilà ! Vous venez d’installer et de configurer entièrement un WordPress en quelques minutes, plutôt simple non ?

Maintenant, vous pouvez mettre votre thème custom dans web/app/themes ou encore en installer un via composer. (voir plus bas pour cette technique)

Développer en local

Pour développer en local, vous pouvez utiliser le serveur web interne fourni par PHP via cette commande :

php -S localhost:8000 -d display_errors=1 -t web

Cette commande va lancer un serveur web sur le port 8000 à partir du fichier web (très important) et afficher les erreurs.

Si vous avez WAMP ou XAMP, il vous suffit de faire pointer votre Apache vers le dossier web/ de votre projet. En effet, grâce à Bedrock, votre serveur n’aura pas accès à la racine de votre projet et n’aura donc pas accès au fichier .env et à toute la configuration (mot de passe de la base de données, etc.)

Si vous êtes un utilisateur plutôt avancé et que vous souhaitez tester Trellis, n’hésitez pas a consulter la documentation.

Installer des dépendances

Utiliser composer avec WordPress grâce à Bedrock

Installer des plugins

Pour installer des plugins sous Bedrock, le mieux est d’utiliser composer. Pour cela, les plugins sont regroupés sur wpackagist, c’est un packagist (au même stade que celui de PHP) spécial WordPress, avec tout les plugins et thèmes disponibles.

Ensuite, pour installer un plugin il vous suffit de faire cette commande :

$ composer require wpackagist-plugin/<mon-plugin>

Tips pour trouver les noms des plugins

Pour trouver le nom d’un plugin, rendez-vous simplement sur la page WordPress de celui-ci et le nom du plugin sera dans l’URL.

Par exemple, pour Yoast SEO : https://fr.wordpress.org/plugins/wordpress-seo/, ici son nom est wordpress-seo.

Donc l’installation se fera avec la commande suivante :

$ composer require wpackagist-plugin/wordpress-seo

Profiter du mode dev de composer

Vous pouvez profitez du mode dev de composer pour installer des plugins uniquement en environnement de développement.

Par exemple, pour installer le plugin FakerPress (génération de posts, bien utile pendant le développement), vous pouvez utiliser la commande :

$ composer require wpackagist-plugin/fakerpress --dev

Installer des thèmes

Pareil que pour les plugins, les thèmes s’installent via wpackagist. Sur le site, vous pouvez filtrer pour n’avoir que les thèmes, la seule différence lors de l’installation sera le plugin qui se transformera en theme :

$ composer require wpackagist-theme/<mon-theme>

Mise en production

Pour la mise en production, rien de fou. Il faut simplement faire pointer votre serveur web vers le dossier /web de votre projet. Ensuite, installer les dépendances composer (sans le dev) :

$ composer install --no-dev --optimize-autoloader

Et pour finir, changer vos informations dans le fichier .env.

Découvrir Bedrock

Et voilà, nous avons vu ensemble comment installer et utiliser Bedrock du développement à la production.

Si vous voulez en savoir plus ou en apprendre d’avantage sur le fonctionnement de ce boilerplate, n’hésitez pas à consulter la documentation officielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.